Facebook Favorites LinkedIn

Les livres pour oublier la guerre

Posté par 25natalia25 le 05 décembre 2016, dans Actualités
Commentaires fermés
Les livres pour oublier la guerre

 

L’histoire de Bana Alabed, une petite fille syrienne de sept ans vivant dans Alep bombardée, nous prouve une nouvelle fois combien les livres peuvent avoir d’importance.

Sur son compte Twitter, où elle raconte son quotidien, elle explique qu’elle lit pour oublier la guerre qui fait rage autour d’elle. Il y a quelques semaines, sa mère a contacté J.K. Rowling pour lui dire que Bana avait regardé les aventures de Harry Potter en film et qu’elle aurait aimé les lire.

Presque instantanément, l’auteur lui a promis qu’elle pourrait très vite les avoir, et lui a fait envoyé les livres en format ebook.

Quelques temps plus tard, Bana lui a répondu par la photo où elle tient le message « Merci mon amie J.K. Rowling pour les livres », le sourire aux lèvres.

Cette histoire, au-delà de la générosité de J.K. Rowling, qui mène de nombreux combats pour améliorer la vie des enfants défavorisés (notamment par son association caritative Lumos), est aussi un exemple des bienfaits que peuvent apporter la lecture et l’imagination, si elles peuvent faire oublier, rien qu’un instant, les horreurs de la guerre, mais aussi l’importance de développer les versions numériques des livres : sans elles, avec l’impossibilité pour les habitants d’Alep de recevoir des colis, Bana Alabed n’aurait pas pu avoir ce réconfort.

Plus d’informations sur

http://edition.cnn.com/2016/11/25/middleeast/j-k-rowling-sends-syrian-girl-harry-potter-books/ et https://twitter.com/jk_rowling

bana-alabedbana

 

Article réalisé par Agathe Le Peuvédic et Natalia Fernandez Vila

En savoir plus +

Bénévole au salon du livre jeunesse de Lorient

Posté par SophieG le 05 décembre 2016, dans Actualités, Etudiants, master 1
Commentaires fermés
Bénévole au salon du livre jeunesse de Lorient

e-salon-du-livre-jeunesse-du-pays-de-lor-hg26

Du 25 au 30 novembre 2016 s’est tenue la 15ème édition du salon du livre jeunesse à Lorient. Plus de 15000 personnes ont fait le déplacement, pour rencontrer des auteurs ou assister aux nombreuses animations organisées. Les héros étaient le thème de cette année, permettant de créer une très jolie mise en scène au Palais des Congrès. Pour les petits comme pour les grands, cette édition était encore une fois une réussite.

Ce salon ne pourrait pas avoir lieu sans ses nombreux bénévoles, présents à l’organisation comme à l’animation. Nous sommes allées à leur rencontre et avons eu la chance d’interroger Lucie, bibliothécaire dans le Morbihan. Bénévole depuis trois ans, elle alterne entre animation d’ateliers pour enfants et missions de surveillance sur les trois étages du salon. Elle nous raconte son expérience.

En savoir plus +

Bloody Harry, une parodie désopilante

Posté par celineg le 05 décembre 2016, dans Actualités
Commentaires fermés
Bloody Harry, une parodie désopilante

C’est au Salon du livre Jeunesse de Lorient, que nous avons rencontré Alexandre Arlène…

 

Mais qui est-il ?

Alexandre Arlène est à la fois illustrateur, graphiste et auteur de la bande dessinée Bloody Harry pour laquelle il était présent au Salon.

Alexandre Arlène

En savoir plus +

Notre livret « Mots d’Elle » en partenariat avec la médiathèque de Kervénanec et la Maison pour Tous !

Posté par Nolwenn Sauvaud le 27 avril 2016, dans master 1, Projets, Travaux
Commentaires fermés
Notre livret "Mots d'Elle" en partenariat avec la médiathèque de Kervénanec et la Maison pour Tous !

couverture 001_R2

C’est avec fierté que nous vous présentons ici le beau projet qui nous a bien occupé depuis le mois de janvier !
MOTSD’ELLE_FIN

En savoir plus +

Post Tags:

Les éditions Trop Mad, la recette d’une réussite à la bretonne

Posté par Nolwenn Sauvaud le 30 janvier 2016, dans Actualités, Témoignages
Commentaires fermés
Les éditions Trop Mad, la recette d'une réussite à la bretonne

Derrière les éditions Trop Mad se cachent avant tout deux amoureux de la cuisine. Nathalie Beauvais et son mari tiennent à Lorient le restaurant « Le Jardin Gourmand » mais sont aussi éditeurs depuis 2008. Nous avons pu avoir un entretien d’une heure avec Arnaud Beauvais, qui nous a parlé avec passion de son travail et de « Trop Mad ». L’équipe est familiale, composée de Nathalie Beauvais, la chef et auteur, de son mari Arnaud Beauvais, le gestionnaire et enfin de Pierre Pelletier le frère de Nathalie qui est aussi le photographe. Les enfants de la famille prennent souvent un grand plaisir à poser pour les photos qui vont illustrer les recettes. C’est d’ailleurs peut-être cette ambiance familiale et conviviale qui fait le succès des livres Trop Mad. Lors de notre entretien, Arnaud nous a expliqué que le nom de leur maison d’édition vient d’une expression de leurs enfants qualifiant la cuisine de Nathalie :  « Trop bon ». Associé à leur amour de la Bretagne (« Mad » signifiant « bon » en breton »), l’expression s’impose vite comme une évidence pour ce couple de passionnés. D’abord utilisée comme titre pour leur premier livre auto-édité en 2006, elle devient par la suite le symbole de leur travail lorsque naissent les éditions « Trop Mad ».

En savoir plus +

Post Tags:

Le projet Bradbury, une histoire de persévérance littéraire

Posté par etnadji le 28 janvier 2016, dans Actualités
Commentaires fermés

Le défi fou…

En 2010, l’écrivain Ray Bradbury (auteur, entres autres, des Chroniques martiennes et de Fahrenheit 451) déclara au cours d’une conférence

Écrire un roman, c’est compliqué: vous pouvez passer un an, peut-être plus, sur quelque chose qui au final, sera raté. Écrivez des histoires courtes, une par semaine. Ainsi vous apprendrez votre métier d’écrivain. Au bout d’un an, vous aurez la joie d’avoir accompli quelque chose: vous aurez entre les mains 52 histoires courtes. Et je vous mets au défi d’en écrire 52 mauvaises. C’est impossible.

Bien qu’il existe des défis d’écriture régulière, tel que le NaNoWriMo, personne n’avait voulu prendre au mot Bradbury.

Mais en Septembre 2013, Neil Jomunsi relève le défi, et publie chaque semaine une nouvelle, sans vraiment croire qu’il parviendra à en écrire 52.

En Août 2014, l’auteur annonce la fin du défi, réussi.

Les nouvelles qui étaient publiées séparément chaque semaine sur le site du projet sont alors regroupées en quatre livres numériques.

…et l’œuvre étrange

Le Projet Bradbury n’est pas un recueil écrit dans l’urgence mais dans la régularité; cela amène bien des questions.

Quand on lui demande comment il a pu trouver 52 sujets de nouvelles, Jomunsi répond que les sujets ne sont pas le problème; le problème dit-il, c’est d’en faire quelque chose.

Les nouvelles du Projet Bradbury sont indépendantes et disparates, nulle unité de genre et de thème, chaque œuvre est close; la qualité littéraire − mais il s’agit là d’un avis de lecteur − varie, aussi passe-t-on de la sidération à de l’ennui. Mais on trouvera dans ces livres de quoi plaire à tout le monde.

Petit florilège, qui ne dévoile aucune chute

  • Un gourou qui met fin à ses mensonges
  • Une fille vivant sous terre
  • D’étranges touristes
  • Un commando dans une librairie
  • Ray Bradbury hantant un auteur
  • Un vampire piégé dans l’espace
En savoir plus +